• print
  • pdf

Vous êtes ici : Accueil /Partager / Centre social Intercommunal / Axes de travail

Lors de ces derniers mois, des habitants et membres d’associations volontaires du territoire de la Communauté de Communes ont réfléchi sur quatre thématiques, issues du diagnostic partagé.

Quatre axes d’action dans le cadre du futur centre social ont été retenus :  
- la vie associative,
- l’accompagnement des jeunes,
- la parentalité,
- les personnes âgées.

1 - La vie associative

Le premier constat est le besoin fondamental d’un lieu de ressource. Il serait un lieu d’échanges, de diffusion des savoirs et des pratiques associatives. Il aurait pour mission principale de développer la vie associative locale.
Cet axe peut se définir par 4 actions :
* soutenir la capacité en communication des associations: par la création d’un site internet ou une newsletter, par l’intermédiaire d’un espace affichage global sur le lieu de ressource et par la création d un point d’information "familles".
* favoriser l’accès des usagers aux loisirs, à la culture, au tourisme et aussi à tout système d’échange de billetterie.
* développer des outils de mutualisation du matériel, de compétences et d'expériences.
* organiser des temps forts et des évènements fédérateurs du monde associatif. 

2 - L'accompagnement des jeunes.

Après l’analyse des diverses associations du territoire, un constat est fait : la jeunesse existante est très importante sur le territoire. La première démarche consisterait à mettre en place un coordinateur "Jeunesse".
Sa mission serait de :
* créer un évènement annuel festif autour de la Jeunesse, comme par exemple des activités inter-villages ou des spectacles, afin que les jeunes du territoire se rencontrent au moins une 1 fois/an.
* impliquer les jeunes dans des actions citoyennes. La participation des jeunes doit favoriser le développement de la citoyenneté qui passe par des initiatives, le respect de l’autre et celui du territoire,
* mettre en place des actions de prévention toxicomanie et addictologie, tous conscients de cette difficulté sociale : en parler et agir est le début de solutions,
* guider l’orientation professionnelle de la jeunesse en créant une plateforme des métiers notamment d’avenir pour une bonne orientation.

3 - La parentalité.

Il y aurait un besoin  d’animer un lieu  de rencontre spécifique à la famille. Ce serait un lieu d’écoute, d’échange, de rencontre, de communication et d’accompagnement. Ce lieu de rencontre serait fixe, neutre et intergénérationnel, où la parole sera donnée à tous.

Il est apparu que la première phase de travail devait s’orienter sur les priorités suivantes :
* organiser des ateliers d’éveil pour les enfants de 0 à 3 ans accompagnés des parents,
* mettre en place des ateliers familiaux  intergénérationnels (enfants, parents et grands-parents autour de la vie quotidienne),
* permettre des sorties familles pour recréer du lien social, dynamiser des actions de groupes, développer la mixité sociale et rompre l’isolement.

4 - L'isolement des personnes âgées.

La proposition faite est la création d’un lieu spécifique de rencontre identifié sur le territoire pour l’accueil des personnes âgées afin de faciliter l’échange avec elles et entre elles. C’est un lieu d’accueil et d’écoute au quotidien où pourront émerger des projets. C’est aussi un lieu d’actions intergénérationnelles. Le but était d’attirer des personnes afin de rompre leur isolement.
Pour se faire, plusieurs actions sont à mettre en place dans ce lieu de rencontre :
* un café des partages. C’est un lieu de ressourcement pour créer des liens avec d’autres. Partager comment chacun vit sa retraite. Il faudra prévoir des activités différentes, en fonction des besoins exprimés.
* un café des âges. C’est un lieu de débat et de relation entre les générations. Cela permet aux personnes âgées en situation de solitude ou d’isolement de rencontrer d’autres personnes, de créer un lien social et affectif, toutes générations confondues, dans un cadre convivial. Il s’adresse à toutes les générations.
* des ateliers pour créer du lien social comme la mémoire, la prévention des chutes, la cuisine, l’informatique, la lecture, la gymnastique douce.
* établir un réseau d’échange de savoirs intergénérationnels.
* mettre en place des moyens importants d’information et de communication.

Les valeurs du projet

Les objectifs prioritaires d’un projet "centre social" peuvent être remis en cause, débattus, modifiés au fil des années selon les évolutions du contexte local. Mais ces objectifs restent fondés sur des valeurs reconnues et portées par des habitants porteurs du projet, celles-ci constituant le sens de leur engagement bénévole.

Chacun de nous a des valeurs qui le guident dans l’existence.
Ces valeurs sont les fils conducteurs qui guideront l’ensemble des actions et qui donneront du sens aux activités proposées dans le centre social.
Les habitants de la CCTGV veulent défendre un projet de société où la vie d’un territoire doit être l’espace privilégié où se tissent les liens sociaux, les solidarités de voisinage.
C’est aussi là où les habitants deviennent acteurs de la vie locale et construisent jour après jour une citoyenneté de proximité.
Aussi, les relations avec les habitants seront guidées par :
- le respect,
- le refus des préjugés, religieux et politiques,
- l’acceptation de la diversité des origines,
- la laïcité.

La qualité des relations humaines est fondamentale. Elle se décline en termes de solidarité, de partage, d’échanges, d’écoute et de respect.
La communication, axe incontournable pour aller à la rencontre de l’autre, sera privilégiée. Elle cherchera à sensibiliser, à créer la discussion, le débat, à développer l’esprit critique …

Le centre social sera un levier pour le développement d’une action éducative durable ; il sera  également porteur des valeurs et des missions de l’éducation populaire. Ces espaces de découvertes, de partage d’expériences ou de savoirs, favoriseront ainsi la mixité sociale, l’entraide et la solidarité. Ils permettront d’expérimenter des réponses à l’isolement de certaines personnes ou familles fragilisées.
Le centre social sera en prise avec des réalités sociales qui évoluent très vite, il lui  faudra « faire bouger la société » dans les réalités concrètes du territoire. Nous voulons une société ou les gens se rencontrent, deviennent acteurs avec la richesse de leurs différences.
Le centre social devra donc être un lieu d’expérimentation permanente.